Sud-Ouest 30/11/10

Sud-Ouest du 30/11/10

Vendredi 30 Novembre 2010 par DOMINIQUE ANDRIEUX

CARBON-BLANC. Depuis neuf ans, les Bauer ouvrent au public les portes de leur maison décorée

Les metteurs en scène de Noël

article_SO_11-10

Le téléphérique, la charrette bordelaise, les ours :
les trois nouveautés 2010. PHOTO D. A.

«Il me reste encore pas mal de choses à faire mais il faudra que tout soit prêt vendredi pour la soirée du Téléthon », confie, serein, Robert Bauer. Pas sûr que ce nom vous dise grand-chose. Par contre, beaucoup, des milliers sans doute, réagiront de suite si on évoque « La Maison du Père Noël », à Carbon-Blanc (1). « C'est la 10e année, le 10e anniversaire », glisse Roseline Bauer, histoire de signifier que la maison du couple se remettra à scintiller de 36 000 feux dès vendredi soir.

Dix ans donc que le Carbonblanais imagine et conçoit de A à Z des motifs lumineux bien dans la tradition de Noël et les met en scène à l'extérieur de son pavillon. Lui-même est bien incapable de dire combien les murs, le jardin, la terrasse recèlent de pièces.

Célébrer la Saint-Nicolas

« Certains disent qu'il faut être fou pour faire un truc comme ça et parfois je me dis qu'ils ont raison », réfléchit Robert Bauer. Il s'est senti inspiré la première fois alors qu'il menait son activité de chef d'atelier, dans le domaine de la mécanique. L'idée est une affaire de culture régionale. « Nous sommes originaires de l'Est, des Mosellans », note Roseline Bauer avec un accent de cette région, connue pour célébrer la Saint-Nicolas. Avant d'émigrer en Gironde, Roger n'a jamais eu ce loisir ou alors par le seul plaisir des yeux. Il confie : « Mon père, d'origine autrichienne, est décédé quand j'avais 10 ans et comme j'étais le quatrième de 12 enfants, j'ai été élevé à la dure, il fallait aider ma mère ».

« Je ne peux pas rester inactif », poursuit-il. Le doute n'est pas permis au vu de « La Maison du Père Noël ». Robert récapitule ses réalisations, édition 2010, sous le contrôle de son épouse « Rosie ». « J'ai commencé en mars par la charrette bordelaise, en avril je me suis attaqué à un sacré boulot avec la fabrication d'un couple d'ours avec son petit », raconte Robert Bauer.

« Les idées me viennent et parfois je fais des recherches sur Internet, révèle-t il. Pour les ours, il a fallu coller je ne sais plus combien de couches de béton cellulaire l'une sur l'autre, puis dessiner les contours, couper à la scie sauteuse, affiner à la lime, poncer, puis peindre. » Fermez le ban! Pas tout à fait, parce que celui qui dit « aimer le travail bien fait » trouvera toujours un petit détail à améliorer ici ou là.

Hier, les ours blancs piaffaient de découvrir leur élément naturel, ce froid dans lequel ils se sentent comme des poissons dans l'eau. Robert Bauer n'est pas qu'un manuel. Il a cette sensibilité, cette tendresse qu'il destine aux visiteurs. La maman ours est sur ses quatre pattes. Son petit, tête en l'air, le regard orienté vers son père, debout. « Il me reste à faire la neige, le décor. »

300 visiteurs par soirée

Au rayon des nouveautés, Roger Bauer a également réalisé un téléphérique, une cabine glissant sur un cable d'acier, de plus de 2 mètres de haut jusqu'à une soixantaine de centimètres. Il faut bien ça pour monter les cadeaux sur les Hauts de Garonne, voire transporter le Père Noël chez les Bauer, lequel viendra tous les soirs de 18 heures à 20 heures, du mardi 7 au vendredi 24 décembre.

« Nous accueillons environ 300 personnes chaque soir en semaine, plus du double le week-end, évaluent Robert et Rosie. L'an passé, c'était nouveau, il y avait pas mal de jeunes, de 16 à 18 ans ». Retour vers une valeur symbole de l'enfance chez ceux qui grandiraient précocément ?

Outre l'attrait de cette Maison du Père Noël, unique et changeant de physionomie d'une année sur l'autre, il faut dire que le couple Bauer ne fait pas qu' « exporter » une tradition festive. Il incarne bien la gentillesse des gens de l'Est. Ils seront encore quelques-uns, petits et grands, à goûter les gâteaux faits maison, les bonbons. « Environ 30 kilos », pour celle qui ne compte pas ses heures de couture pour habiller les sujets de Noël. Son infatigable mari se charge de les façonner. Le week-end prochain, Roseline ira en vendre au marché de Noël, au profit du Téléthon.

Ensuite, les visiteurs de La Maison du Père Noël ont une urne (cadenassée par les organisateurs du Téléthon) à leur disposition, pour la même cause.

(1) 17 rue Jean-Jaurès, à Carbon-Blanc.

AMBIANCE

Top chrono ou presque. Une heure passée avec un ou des personnages de la rive droite, connu ou pas, mais toujours à nos yeux intéressant: chaque mardi soixante minutes sur le vif.

Bordeaux rive droite · Carbon-Blanc · Gironde
Auteur : Dominique Andrieux (SUD-OUEST)
  • Vues: 7517

Réalisation Internet Bordeaux - Tous droits réservés Le Père Noël et ses Lutins - Mentions légales.